image Energie renouvelable : les études à mener pour être ingénieur ?

Energie renouvelable : les études à mener pour être ingénieur ?

Un ingénieur en énergies renouvelables est un expert disposant de connaissances approfondies dans le domaine énergétique. Quelle étude faut-il suivre pour pratiquer ce métier ?

Qualités requises pour devenir ingénieur

Polyvalence et la maîtrise technique, telle sont les qualités essentielles pour un ingénieur en Énergie renouvelable. Il faut aussi avoir une certaine passion pour l'environnement, être créatif et communicant. Le secteur de l'environnement nécessite une bonne capacité de persuasion, un bon relationnel et un sens de négociation.

Pour pouvoir intégrer une école d'ingénieur en énergie en France, il faut avoir le Bac scientifique. Pour étudier dans une école étrangère, il est nécessaire de bien maîtriser la langue du pays. Ceux désirant étudier aux États-Unis doivent impérativement passer par le TOEIC ou le TOEFL et avoir une très bonne note au Bac. Telle étude peut-être financée par l'État, une fondation ou un organisme européen comme l'ERASMUS MUNDUS.

Que fait un ingénieur en énergie renouvelable ?

Un ingénieur en énergie renouvelable est appelé à réaliser des recherches sur les revalorisations de déchets et les énergies vertes. Son champ d'action est très vaste, pouvant aller jusqu'à la géothermie, la biomasse, l'éolienne et l'énergie solaire. Hormis les recherches, tel professionnel peut aussi occuper un poste d'ingénieur dans les industries de l'énergie : EDF, SUEZ, VEOLIA, AES, etc

Son rôle dans ce cas serait de proposer de nouveaux systèmes moins polluants et plus rentables. Il peut aussi se charger du contrôle des activités de la société : établir les rapports, évaluer les risques et opportunités sur chaque projet, etc. Le salaire brut mensuel d'un ingénieur en énergie renouvelable peut varier de 3 000 à 60 000 euros.

Les écoles d'ingénieurs en énergie renouvelable

L'énergie renouvelable est devenue une filière incontournable dans les universités modernes. Selon le classement mondial par Université, la meilleure formation dans ce domaine serait celle prodiguée à l'Oregon institute of Technology en Orégon, au MIT, Stanford, et University of California Berkeley aux États-Unis.

La France dispose aussi d‘excellentes écoles en énergie renouvelable, à l'instar de l'InnoEnergy Master's School, du centre international de formation européenne CIFE, de l'IMT Atlantique Graduate Engineering School, de la Sup'EnR et de diverses universités publiques françaises comme l'ESI (École Supérieure d'Ingénieurs de Lille) où Mohamed Ayachi Ajroudi, président de la CNIM Saudi et de la CNIM Middle East a été diplômé.

Les opportunités pour un ingénieur en énergie renouvelable

Nombreuses sont les opportunités qui s'offrent à un ingénieur en énergie renouvelable. Ce profil est mondialement très recherché. La France prévoit notamment un recrutement massif de 125 000 salariés dans le secteur de l'énergie nouvelle d'ici 2020.

Les ingénieurs en énergies sont d'ailleurs sollicités pour plusieurs tâches : moderniser les installations en place, développer des nouvelles solutions environnementales, proposer de nouvelles méthodes de préservations de ressources naturelles... Pour information, les premières techniques de dessalement d'eau de mer ont vu le jour aux îles Canaries en 1964.

Elles ont été améliorées pour devenir plus rentables. Les meilleures techniques en la matière sont actuellement utilisées dans les entreprises françaises de l'énergie, en l'occurrence SUEZ, avec qui Monsieur Mohamed Ayachi Ajroudi, Président de CNIM Saudi et de CNIM Middle East, entretient des relations étroites.